Membres du conseil consultatif de l'ISA – Biographies

Debbie Martin (Présidente)
Professeure agrégée et titulaire d’une chaire de recherche du Canada de niveau 2 en santé et bien-être des Autochtones
Faculté des sciences de la santé
Université Dalhousie

Debbie Martin est une chercheuse boursière inuite de NunatuKavut et la titulaire d’une chaire de recherche du Canada de niveau 2 en santé et bien-être des Autochtones. Elle est professeure agrégée à la Faculté des sciences de la santé, en plus d’occuper des postes aux facultés de dentisterie et de gestion de l’Université Dalhousie (laquelle est située dans le territoire non cédé des Mi’kmaq). Elle est également chercheuse boursière associée au Healthy Populations Institute. Forte d’une formation interdisciplinaire en recherche en santé, la Dre Martin étudie les structures sociétales et communautaires clés qui jouent un rôle dans la prévention des maladies chroniques au sein des communautés autochtones. La Dre Martin est en outre la chercheuse principale désignée du Réseau de recherche sur la santé des Autochtones de Wabanaki-Labrador (l’un des neuf centres Environnements réseau pour la recherche sur la santé des Autochtones financés par les IRSC) et du Réseau de mentorat autochtone de l’Atlantique, également financé par les IRSC. Ces deux réseaux visent à renforcer les capacités de recherche en santé autochtone dans la région de l’Atlantique.


Christopher Mushquash (Vice-président)
Chaire de recherche du Canada en santé mentale autochtone et toxicomanie
Professeur agrégé, Département de psychologie de l’Université Lakehead et à l’École de médecine du Nord de l’Ontario
Psychologue clinicien, Dilico Anishinabek Family Care

Christopher Mushquash, B. Sc. (avec distinction), M.A., Ph. D. et psychologue clinicien agréé (en Ontario), est Ojibwé et membre du Pawgwasheeng (Première Nation de Pays Plat). Il est également professeur agrégé au Département de psychologie de l’Université Lakehead et à l’École de médecine du Nord de l’Ontario, psychologue clinicien à la Dilico Anishinabek Family Care, vice-président associé à la recherche du Centre régional des sciences de la santé de Thunder Bay, et scientifique en chef à l’Institut de recherche régional en santé de Thunder Bay. Titulaire d’une chaire de recherche du Canada sur la santé mentale et les toxicomanies, il possède une expertise en pratique clinique dans les milieux ruraux et du Nord et dans l’élaboration d’interventions en santé mentale et en toxicomanie adaptées à la culture pour les enfants, les adolescents et les adultes des Premières Nations. Ce chercheur universitaire autochtone est né et a grandi dans le nord-ouest rural de l’Ontario. En 2017, le Dr Mushquash a été admis au Collège de nouveaux chercheurs et créateurs en art et en science de la Société royale du Canada.


Karen Blondin Hall
Directrice, Sécurisation culturelle et antiracisme, Ministère de la Santé et Services sociaux (MSSS), Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest

Sahtúgot’ı̨nę (personne provenant du Grand lac de l’Ours), Karen Blondin Hall a grandi à Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest (T.N.-O.). Elle travaille actuellement à Yellowknife en tant que directrice de la sécurisation culturelle et de l’antiracisme au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, où elle dirige l’exécution de l’approche systémique de l’organisation visant à lutter contre le racisme envers les Autochtones. Depuis près de dix ans, elle collabore avec des peuples et des communautés autochtones des T.N.-O. pour établir une vision et des mesures stratégiques permettant d’intégrer la sécurisation culturelle et l’antiracisme dans l’ensemble du système de santé et de services sociaux du territoire. Ce travail comprend la création et la prestation de formations en personne obligatoires sur la sécurisation culturelle et l’antiracisme pour le personnel du MSSS du gouvernement des T.N.-O.

Mme Blondin Hall détient un baccalauréat ès sciences en promotion de la santé de l’Université Dalhousie et une maîtrise en études des politiques et des pratiques de l’Université de Victoria, où elle a axé ses études et ses recherches sur les iniquités en matière de santé des Autochtones, les systèmes de connaissances autochtones et la sécurisation culturelle.

Issue d’une lignée de détenteurs du savoir autochtone, Karen Blondin Hall a à cœur d’intégrer les enseignements et les pratiques autochtones dans sa vie, à la fois sur les plans personnel et professionnel.


Paul Brassard
Professeur agrégé de médecine, Université McGill
Chercheur principal, Centre d’épidémiologie clinique, Hôpital général juif
Professeur adjoint, Faculté de médecine, École de santé publique, Département de médecine sociale et préventive, Université de Montréal

Clinicien-chercheur et professeur, le Dr Brassard détient une formation de cycle supérieur en parasitologie et en épidémiologie. Il est aussi membre du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada dans les domaines de la santé publique et de la médecine préventive, où il s’intéresse particulièrement au contrôle et à la prévention des maladies transmissibles et à la santé circumpolaire. Il est professeur agrégé de médecine à l’Université McGill et chercheur principal du Centre d’épidémiologie clinique de l’Hôpital général juif de Montréal. Il occupe aussi un poste de professeur adjoint au Département de médecine sociale et préventive de l’École de santé publique de l’Université de Montréal.

Il a été membre des conseils d’administration de la Société canadienne pour la santé circumpolaire, de l’Association of Circumpolar Health Publishers et de l’International Network for Circumpolar Health Research à titre de secrétaire-trésorier.

Il possède une vaste expérience dans la gestion de la recherche sur le terrain et des interventions participatives avec les Autochtones du Canada. Il travaille à créer un programme de dépistage, de prévention et de promotion de la santé axé sur les cancers associés au mode de vie moderne chez les Inuits du Canada.


Janice Cindy Gaudet
Professeure adjointe, Campus Saint-Jean, Université de l’Alberta

Janice Cindy Gaudet est professeure adjointe et titulaire d’une chaire de recherche du Canada au Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta. Ses travaux de recherche portent sur l’intersection entre les liens de parenté, le rapport à la terre et le bien-être des femmes métisses et la décolonisation des méthodes de recherche.


Sarah de Leeuw
Titulaire de la Chaire de recherche du Canada, Sciences humaines et inégalités en matière de santé

Géographe et écrivaine primée (poésie et œuvres non romanesques), la Dre Sarah de Leeuw est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en sciences humaines et inégalités en matière de santé. Depuis plus de 30 ans, ses travaux de recherche, son militantisme et ses pratiques créatives sont axés sur une perception anticoloniale, féministe et queer des personnes, collectivités et régions négligées. Tout le travail entrepris par la Dre de Leeuw aborde un dilemme social fondamental : pourquoi certaines personnes et certaines localités sont-elles en meilleure santé que d’autres, et comment peut-on atténuer cette réalité? Finaliste pour un Prix littéraire du Gouverneur général dans la catégorie Essais, membre du Collège de nouveaux chercheurs et créateurs en art et en science de la Société royale du Canada, Sarah de Leeuw, d’origine néerlandaise et irlandaise, a grandi à Haida Gwaii et à Terrace (territoire de Kitsumkalum). Elle vit maintenant, en alternance, sur le territoire de Lheidli T’enneh/Dakelh (Prince George) et le territoire de Syilx (Okanagan Centre), dans la province non cédée de la Colombie-Britannique, où elle œuvre pour le Programme médical du Nord de la Faculté de médecine de l’Université de la Colombie-Britannique.


Sameera Hussain
Professeure Associée, École d’épidémiologie et de santé publique, Université d’Ottawa
Conseiller principal et gestionnaire, Agence de la santé publique du Canada

La Dre Sameera Hussain est une spécialiste des politiques de santé qui intervient au croisement des politiques, de la recherche et de la pratique. Dans le cadre de ses fonctions de direction liées aux politiques à l’Agence de la santé publique du Canada, elle s’attache à faire avancer les priorités stratégiques pour le redressement post-pandémique et la transformation du système de santé. Elle est professeure associée à l’École d’épidémiologie et de santé publique de l’Université d’Ottawa et poursuit un programme de recherche actif.

La Dre Hussain se consacre ardemment à combler l’écart entre les données probantes et les politiques dans les systèmes de santé. Elle est résolue à générer et à mobiliser des connaissances pour l’élaboration de politiques de santé publique efficaces et fondées sur des données probantes qui tiennent compte des déterminants sociaux, culturels, politiques, commerciaux et environnementaux de la santé au Canada et dans le monde.

Son expertise réside dans les réalités du terrain, principalement dans les pays du Sud, où elle a mené des recherches sur l’exclusion sociale et les inégalités en santé, dirigeant des projets dans toute l’Asie avec le soutien financier de l’UNICEF, de la Fondation Rockefeller et de la Commission européenne, entre autres. Dans le cadre de collaborations de recherche internationales, multidisciplinaires et d’envergure, elle a œuvré auprès de groupes autochtones du monde entier, notamment dans les Chittagong Hill Tracts (Bangladesh), les communautés Bangsamoro de la région autonome de Mindanao (Philippines) et les communautés semi-rurales d’Afghanistan. Dans la foulée de ses travaux, elle s’est consacrée à la recherche sur les politiques et les systèmes de santé en s’intéressant aux déterminants structurels et environnementaux de la santé au Canada et dans le monde. Dans le cadre de ses fonctions de décideuse et d’universitaire, elle encadre et appuie les travaux d’étudiants diplômés et de professionnels en début de carrière en veillant à faire tomber les obstacles à la progression de carrière auxquels sont confrontées les personnes racisées dans les milieux universitaires et le secteur public au Canada.

La Dre Hussain a mis à contribution son expertise technique et son leadership dans l’élaboration de plans organisationnels et de priorités en santé mondiale dans les secteurs public, à but non lucratif et universitaire. En plus de son savoir-faire et de son approche résolument tournée vers l’équité, elle contribue à l’établissement de partenariats multi-intervenants pour une action intersectorielle et à l’utilisation de stratégies innovantes pour la mobilisation des connaissances et les changements systémiques. Elle fait partie du comité de rédaction du Globalization and Health Journal de BMC. Elle est titulaire d’un doctorat en santé publique mondiale de l’Université du Queensland (Australie) et est diplômée en études sur les politiques et le développement de l’Université Queen’s (Canada) et de l’Université North South (Bangladesh).


Karen Lawford, Ph.D. R.M., A.M.
Professeure adjointe, Université Queen’s

Karen Lawford (Ph. D., R.M., A.M.) est professeure adjointe en études sur le genre à l’Université Queen’s. Elle est ainsi la première sage-femme autochtone au Canada à obtenir un doctorat et un poste universitaire. Membre fondatrice du Conseil national des sage-femmes autochtones, la Dre Lawford milite pour la prestation de soins aux Autochtones qui tiennent compte du genre et couvrent tous les aspects de la santé sexuelle et génésique.


Dre Jennifer Leason, Ph. D.
Titulaire d’une chaire de recherche du Canada de niveau 2 des IRSC sur le bien-être des mères et des enfants autochtones
Professeure agrégée, Université de Calgary
Rédactrice en chef adjointe, Revue canadienne de santé publique

Boozhoo, Aniin Keesis Sagay Egette Kwe nindiznikaaz (salutations, je m’appelle la Femme des premiers rayons du soleil). La Dre Jennifer Leason est membre de la bande indienne de Pine Creek au Manitoba et mère de deux enfants, Lucas et Lucy. Professeure agrégée à l’Université de Calgary, elle est aussi titulaire d’une chaire de recherche du Canada de niveau 2 sur le bien‑être des mères et des enfants autochtones décernée par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). La Dre Leason est membre associée du Collège des évaluateurs des IRSC et rédactrice en chef adjointe de la Revue canadienne de santé publique. Elle a obtenu une bourse de nouveau chercheur des IRSC (2017‑2020), une bourse du Fonds Nouvelles frontières en recherche (2019‑2021) et une subvention de fonctionnement des IRSC (2020‑2023) parmi d’autres subventions et partenariats de recherche axée sur le patient. Ses recherches visent à réduire les disparités en santé périnatale et en santé des mères/enfants par l’examen des expériences de la maternité, de l’utilisation des soins de santé et des contextes socioculturels agissant sur le bien-être des mères et des enfants autochtones.  


Candice Lys, Ph. D., M.S.M.
Cofondatrice et directrice générale – FOXY/SMASH
Associée de recherche, Collège Aurora

La Dre Candice Lys a grandi dans une famille métisse très nombreuse à Fort Smith, aux Territoires du Nord-Ouest (T.N.‑O.), et elle réside aujourd’hui à Yellowknife. Elle détient un doctorat en sciences de la santé publique de l’Université de Toronto, une maîtrise en promotion de la santé de l’Université Dalhousie et un baccalauréat spécialisé en sociologie (avec mention très honorable) de l’Université de l’Alberta. Elle cumule près de 20 ans d’expérience en tant qu’experte et chercheuse communautaire en promotion de la santé sexuelle et mentale.

Candice est cofondatrice et directrice générale de FOXY (Fostering Open eXpression among Youth) et de SMASH (Strength, Masculinities, and Sexual Health). FOXY et SMASH, qui ont rejoint plus de 6 000 jeunes jusqu’à présent, sont des programmes de santé sexuelle et mentale dirigés par des pairs et adaptés aux traumatismes des participants, qui utilisent les arts comme moyens de faciliter la discussion, l’éducation et la guérison chez les jeunes Autochtones et les jeunes des régions nordiques. En 2014, FOXY a été le premier organisme à recevoir le Prix Inspiration Arctique d’un million de dollars dans son entier. Candice est reconnue comme la seule boursière Ashoka des T.N.‑O.; elle a également reçu la Médaille du service méritoire (Division civile) du gouverneur général du Canada, une bourse Indspire pour l’éducation en 2020, une bourse d’études supérieures du Canada Vanier des IRSC et de nombreuses autres distinctions.

Elle est mère du petit Luca et propriétaire d’un beagle turbulent du nom de Maple.


Dre Dawn Martin Hill
Professeure agrégée, Programme des études autochtones, Département d’anthropologie, Université McMaster

La Dre Martin Hill est Mohawk et habite la réserve des Six Nations avec sa famille. Première anthropologue culturelle autochtone au Canada, elle continue de faire tomber les barrières en éducation et en recherche. Pendant 20 ans, ses principaux axes de recherche ont été l’élaboration avec des femmes et des jeunes de stratégies relatives aux modes de connaissance autochtones, les évaluations holistiques du bien-être communautaire, la médecine traditionnelle, et l’amélioration de la qualité de vie. Elle a fondé le programme d’études autochtones de l’Université McMaster alors qu’elle était étudiante diplômée et, plus récemment, le groupe de travail sur la santé environnementale des Haudenosaunee pour mettre en place une infrastructure de recherche en santé environnementale sur le territoire des Six Nations. Le groupe de travail étudie actuellement l’impact du manque d’accès à l’eau potable sur le bien-être des familles autochtones. La Dre Martin Hill se concentre sur la recherche communautaire, le savoir autochtone et la science citoyenne.

Comme chercheuse principale, la Dre Martin Hill dirige plusieurs projets de Global Water Futures, dont Co-creation of Indigenous Water Quality Tools et Ohneganos: Indigenous Ecological Knowledge, Training & Co-Creation of Mixed Method Tools. Ohneganos entretient des partenariats avec deux communautés, les Six Nations de la rivière Grand, en Ontario, et la Bande du lac Lubicon, à Little Buffalo, dans le Nord de l’Alberta, et travaille à résoudre les problèmes de sécurité et de souveraineté en matière d’eau en les liant à la salubrité de l’environnement. Son équipe de recherche haudenosaunee entièrement composée de femmes, qui travaille à un projet intitulé Tehtsitehwa:kenrotka:we (Ensemble, nous pouvons encore la faire surgir de la terre) – The Ohero:kon Youth Health Intervention (ISPP‑IRSC), porte sur un programme de rites de passage pour les jeunes en tant que stratégie d’édification de la nation. La Dre Martin Hill a fait des présentations à l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones avec ses équipes de gouvernance en appui à la recherche de jeunes femmes de la communauté sur l’exploration des droits environnementaux des femmes haudenosaunee à l’égard de la terre, de l’eau et des plans d’eau. Les recherches de son équipe sont diffusées sur plusieurs plateformes de médias sociaux sous la bannière Ohneganos Ohnegahdę:gyo (p. ex. le balado vidéo Ohneganos: Let Talk Water, qui a récemment été le choix du public pour le Future Ground Prize de la Fondation David Suzuki).

La Dre Martin Hill fait nouvellement partie du comité sur l’hydrologie de l’UNESCO comme représentante du Canada. Depuis 1992, elle publie des articles scientifiques sur le savoir autochtone. Son livre Indigenous Knowledge & Power: the Lubicon Lake Nation, paru en 1997, documente l’impact de l’exploitation pétrolière et forestière dans le Nord de l’Alberta sur les Lubicons. Elle est l’auteure de nombreux articles évalués par des pairs dans le Journal of Aboriginal Health (NAHO), et d’autres chapitres de livre, dont un récent article intitulé Doctrine of Discovery: A Mohawk Feminist Response to Colonial Domination and Violations to Indigenous Lands and Women dans The Rowman and Littlefield Handbook of Women Studies in Religion (2021). La Dre Martin Hill a également réalisé et produit trois films sur la culture, les femmes et la guérison des communautés autochtones. Elle continue de travailler avec assiduité à la conservation et à la protection du savoir et de la langue autochtones en tant que fondatrice du Conseil des aînés et des jeunes autochtones, et entretient des partenariats de longue date avec l’Équipe de conservation de l’Amazonie, l’école d’immersion Kawenni:io, les services de santé des Six Nations et les nations cries du Lubicon. Elle est une chef de file dans le domaine des modes de connaissance autochtones et continue de défendre l’équité intellectuelle autochtone.

Pour citer Joyce Tekahnawiiaks King (2007) : « Du point de vue des Haudenosaunee traditionnels, nous parlons en termes de responsabilités à l’égard de l’eau, et non en termes de droits sur l’eau. Depuis des temps immémoriaux, nous sommes d’avis que la "loi du pays" n’est pas une loi créée par l’homme, mais une loi naturelle plus grande, la Grande Loi de la Paix […] Les mots racines du mot "pluie" en mohawk signifient "cher, précieux ou sacré". Culturellement, nous n’abuserions pas de cette ressource. » Les intérêts de la Dre Martin Hill comme chercheuse en matière de connaissances traditionnelles sont naturellement centrés sur des solutions pour améliorer la qualité de vie par une attention portée au genre, à la gouvernance et au bien-être en lien avec la qualité de l’eau.


Rod McCormick
Professeur principal, Santé chez les Autochtones, Université Thompson Rivers

Membre de la nation Mohawk (Kanyen'kehà:ka), le Dr Rod McCormick est professeur principal et titulaire d’une chaire de recherche du gouvernement de la Colombie-Britannique sur la santé chez les Autochtones à l’Université Thompson Rivers. Avant d’emménager dans la communauté de ses partenaires, Tk’emlúps te Secwe̓pemc, il a travaillé pendant 18 ans en tant que psychologue et enseignant du programme de psychologie du counseling à l’Université de la Colombie-Britannique. Les recherches du Dr McCormick portent sur le renforcement des capacités des communautés en matière de santé mentale et de recherche, ainsi que sur la mise en valeur des formes traditionnelles de guérison. Le Dr McCormick est clinicien et consultant en santé mentale autochtone depuis environ 35 ans. Il est aussi un ancien combattant, ayant servi comme officier de marine pendant 6 ans.

Le professeur McCormick a dirigé le programme Cadres de développement de la capacité autochtone de recherche en santé de la Colombie-Britannique financé par les IRSC, le centre Environnement réseau pour la recherche sur la santé des Autochtones (ERRSA) de la Colombie-Britannique et de la région arctique de l’ouest, et le réseau Kloshe Tillicum. Il dirige actuellement le réseau national et international de mentorat autochtone Ombaashi, le programme de formation en recherche autochtone au premier cycle Knowledge Makers, et le centre de recherche en santé autochtone All My Relations à l’Université Thompson Rivers. Il est chercheur dans le cadre d’initiatives nationales, comme l’Entité de formation nationale de la Stratégie de recherche axée sur le patient (SRAP) et les centres ERRSA de l’Ontario et de la Colombie-Britannique.

En plus d’avoir déjà siégé au conseil consultatif d’institut et aux comités d’évaluation par les pairs des IRSC, il fait actuellement partie de conseils nationaux et internationaux : membre du Réseau BRILLEnfant, membre principal du comité consultatif national d’experts chargé de fournir des conseils et des orientations pour la réforme de Services aux Autochtones Canada, et membre du comité international d’évaluation par les pairs pour le National Healthand Medical Research Council (NHMRC) de l’Australie.


Margaret Robinson
Professeure adjointe, Programme d'études autochtones
Département de sociologie et d'anthropologie sociale
Université Dalhousie
Chercheuse affiliée, Centre de toxicomanie et de santé mentale

Margaret Robinson est une chercheuse-boursière micmac de la Nouvelle-Écosse, membre de la Première Nation Lennox Island.

Sa recherche porte sur la santé mentale et la toxicomanie dans les populations autochtones et non autochtones, en particulier parmi les personnes d'orientation sexuelle ou d'identité de genre minoritaire. Elle est actuellement professeure adjointe au sein du Programme d'études autochtones du Département de sociologie et d'anthropologie sociale à l'Université Dalhousie d'Halifax, et chercheuse affiliée au Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto.

Date de modification :