Annonce préalable : possibilité de financement à venir pour la recherche sur la COVID-19

La possibilité de financement - Nouveaux besoins prioritaires en recherche sur la COVID-19 — juillet 2021 est maintenant disponible sur RechercheNet (Date limite d'inscription : 10 août 2021, Date limite de présentation des demandes : 14 septembre 2021)

Par la présente, les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) souhaitent informer le milieu de la recherche sur une possibilité de financement qui sera offerte dans le cadre de la réponse continue du gouvernement du Canada aux enjeux de santé liés à la pandémie de COVID-19. À la fin du mois de juillet 2021, nous lancerons un deuxième concours, Subvention de fonctionnement : Nouveaux besoins prioritaires en recherche sur la COVID-19, qui mettra l'accent sur les nouveaux domaines de recherche prioritaires.

Ces renseignements préliminaires visent à permettre au milieu de la recherche de se préparer en vue d’un processus de financement accéléré.

Possibilité de financement : Nouveaux besoins prioritaires en recherche sur la COVID-19 – Concours de juillet 2021

Les besoins des décideurs en matière de données de recherche évoluent au même rythme que la pandémie de COVID-19. Les besoins en données qui guident le Canada dans sa réponse à la pandémie deviennent évidents, et une réponse efficace nécessite un travail rapide et soutenu pour combler ces besoins. Cette possibilité de financement appuiera donc les travaux de recherche dans des domaines prioritaires qui visent à ralentir efficacement la propagation de la COVID-19 et à réduire ses répercussions directes et indirectes sur les personnes et les communautés des provinces et territoires du Canada et à l’étranger. L’application efficace de stratégies d’atténuation et de rétablissement exige une réponse cohérente et harmonisée de l’ensemble de la population canadienne, et en particulier des travailleurs de la santé, des chercheurs, des autorités en matière de santé publique, de l’industrie, des responsables des politiques, des décideurs de tous les ordres de gouvernement et des acteurs du système de santé.

Objectifs

  1. Accroître l’accessibilité et l’utilisation de données probantes recueillies en temps réel et/ou de solutions pour soutenir le Canada dans sa réponse continue à la pandémie afin de mieux prévenir, détecter, traiter et gérer la COVID-19; et orienter les mesures à prendre dans le contexte d’éventuelles pandémies;
  2. Générer des données scientifiques sur une ou plusieurs populations issues de la diversité, dont les Noirs et d’autres communautés marginalisées en raison de leur race; les Premières Nations, les Inuits, les Métis et les Autochtones vivant en milieu urbain; les communautés qui ont toujours été exclues de la recherche; les personnes touchées par les inégalités en santé; les personnes qui ont un handicap ou divers problèmes de santé (p. ex. les populations à risque élevé et les personnes qui ont des maladies concomitantes); les personnes disproportionnellement touchées par la pandémie en raison de leur genre; et les personnes à un stade de la vie sous-représenté dans la recherche (p. ex. les femmes enceintes, les enfants et les personnes âgées). Pour toutes les populations concernées, les chercheurs sont invités à adopter une approche fondée sur le cycle de vie (de la préconception à l’âge adulte avancé).

Domaines de recherche

Notons que pour être admissibles au concours, les projets doivent viser les deux objectifs ET correspondre à au moins un (1) des onze (11) domaines de recherche de la liste ci-dessous. Notons également que la participation d’autres partenaires financiers pourrait permettre l’ajout de domaines de recherche à la liste.

Inégalités structurales dans l’intervention contre la COVID-19 et questions éthiques

  • Élaborer, mettre en œuvre ou évaluer des solutions communautaires aux inégalités structurelles, dont le racisme systémique, qui continuent d’entraver la réponse et le rétablissement relativement à la COVID-19 chez les Autochtones, les Noirs et d’autres communautés marginalisées en raison de leur race.
  • Comprendre ou étudier les effets de la pandémie, entre autres sur la santé physique, la santé mentale et l’accès aux soins de santé, chez les Autochtones, les minorités racisées, les personnes LGBTQIA2S, les personnes handicapées, les personnes incarcérées, les enfants et les personnes âgées.
  • Comprendre ou étudier les répercussions de la COVID-19 sur la santé et le bien-être des populations urbaines, dont celles qui ont toujours été exclues et moins bien servies que les autres (p. ex. les personnes itinérantes et les Autochtones).
  • Étudier les critères éthiques à l’origine de l’affectation de ressources de santé limitées (p. ex. unités de soins intensifs, ventilateurs, équipements de protection individuelle et vaccins) pendant une crise de santé publique pour éclairer l’élaboration de protocoles de triage nationaux. Comprendre ou aborder l’équité relativement à l’accès aux interventions et aux services de santé éprouvés contre la COVID-19 à l’échelle internationale de même que les implications éthiques du nationalisme vaccinal pour les pays à revenu faible ou intermédiaire. [Appuyé par le Centre pour la recherche sur la préparation en cas de pandémie et d’urgence sanitaire des IRSC]
  • Comprendre les interactions biologiques sous-jacentes entre le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et le SRAS-CoV-2 en cas de co-infection, notamment : (1) les effets du VIH sur l’infection par le SRAS-CoV-2, y compris l’effet du VIH et/ou du traitement antirétroviral sur la mutation, l’évolution et le degré d’adaptation du SRAS CoV-2 à l’hôte, la gravité de la maladie à COVID-19, l’apparition du syndrome post-COVID-19, l’innocuité et l’efficacité du vaccin contre la COVID-19 et la durabilité de la réponse immunitaire au SRAS-CoV-2; (2) les conséquences de l’infection par le SRAS-CoV-2 chez les personnes qui vivent avec le VIH relativement à la réponse au traitement, à l’évolution de la maladie et à l’apparition de maladies concomitantes; et/ou comprendre l’effet des mesures de santé publique et de lutte contre la COVID-19 sur les facteurs sociaux et comportementaux sous-jacents qui ont une incidence sur le risque d’infection par le VIH et d’autres infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) de même que sur l’accès aux mesures préventives, au diagnostic et au traitement de l’infection par le VIH et les ITSS, y compris en région éloignée et dans les communautés autochtones. [Appuyé par l’Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC]

Conséquences continues de la COVID-19 sur les systèmes et les services de santé

  • Comprendre et aborder les conséquences de la COVID-19 sur les systèmes et les services de santé, y compris en créant et en mettant en œuvre des interventions fondées sur des données scientifiques (politiques, pratiques et modèles de soins) pour réduire les préjudices et les délais, et répondre efficacement aux besoins pendant et après la pandémie, notamment ceux des populations qui ont toujours été exclues ou moins bien servies que les autres.
  • Étudier des modèles canadiens de services de soutien et des stratégies de soins/prise en charge cliniques et de réadaptation visant entre autres les populations qui ont toujours été exclues ou moins bien servies que les autres (p. ex. les Premières Nations, les Inuits, les Métis, les Autochtones vivant en milieu urbain, les personnes handicapées, les immigrants, les réfugiés et les autres groupes disproportionnellement touchés par la COVID-19) et qui présentent le syndrome post-COVID-19.

Réouverture et perspective sociétale de la vie avec la COVID-19

  • Comprendre et améliorer les réponses immunitaires aux vaccins (immunogénicité de rapprochement, dose de rappel annuelle, dose de rappel contre les variants, primo-vaccination hétérologue); réponses immunitaires à long terme suivant l’infection par le SRAS-CoV-2 ou la vaccination et durée de la protection; et taux de personnes vaccinées (1-2 doses) qui présentent une forme grave de la maladie en raison d’une infection par un variant ou de la variation de la réponse immunitaire.
  • Élaborer, mettre en œuvre et/ou évaluer les approches scientifiques sociales et comportementales pour éclairer les interventions nécessaires à l’ajustement de la population à l’après-pandémie. Des interventions ciblées visant tous les groupes d’âge et de population seront nécessaires : personnes âgées, adultes et enfants, et milieux socioéconomiques, géographiques et culturels (p. ex. milieux nordiques, ruraux et réserves ainsi que milieux urbains et quartiers au statut socioéconomique inférieur).
  • Les mesures de santé publique et de lutte contre les infections de base (p. ex. la ventilation et la restriction des déplacements) sont-elles adéquates/appropriées? Des projets de science de la mise en œuvre visant à éclairer la mise à l’échelle / l’adaptation d’approches efficaces pour prévenir les infections et les éclosions dans les milieux à risque élevé (garderies, écoles, milieux de travail, établissements carcéraux, établissements de soins de courte durée ou de longue durée, milieux réunissant des travailleurs migrants, maisons d’hébergement pour personnes itinérantes, réserves de Premières Nations). Ces approches comprennent des stratégies de dépistage à intervalle régulier, la communication de l’information scientifique et/ou la mise en œuvre des plans d’atténuation advenant la déclaration de nouveaux cas isolés.
  • Déterminer et évaluer les meilleures méthodes de distribution des vaccins aux régions difficiles d’accès et aux personnes qui risquent d’accélérer la transmission communautaire, particulièrement les jeunes enfants, en adoptant une approche globale qui tient compte des obstacles et des facilitateurs individuels, familiaux, communautaires, provinciaux et structurels.

Fonds disponibles

Les fonds disponibles pour ce concours et les prochains concours liés à la COVID-19 s’élèvent à environ 88 M$. L’entièreté du 88 M$ ne sera pas investie dans ce concours. Le montant final dépendra du nombre de demandes reçues dans le cadre de ce concours et des autres concours liés à la COVID-19, ainsi que de la qualité des demandes (selon l’évaluation par les pairs). Ce montant pourrait augmenter avec l’ajout d’autres partenaires financiers.

Le montant maximal d’une subvention demandée pour réaliser un essai clinique ou un essai contrôlé randomisé est de 1 000 000 $ sur 1 an, et le montant maximal qui peut être demandé pour la réalisation de tous les autres types de recherches est de 500 000 $ sur 1 an.

Détails préliminaires sur la présentation des demandes

Dates importantes prévues

  • Lancement de la possibilité de financement : semaine du 26 juillet 2021
  • Date limite d’inscription : semaine du 9 août 2021
  • Date limite de présentation des demandes : semaine du 13 septembre 2021
  • Avis de décision anticipé : semaine du 20 décembre 2021
  • Début du financement : 1er décembre 2021
Date de modification :