Plan d’action : Créer un avenir plus sain pour les membres des Premières Nations, les Inuits et les Métis – rapport d’étape

Aanii, tanshi, ullukkut, hello, bonjour,

Comme annoncé en juin 2020, le rapport d’étape 2019-2020 du plan d’action Créer un avenir plus sain pour les membres des Premières Nations, les Inuits et les Métis (le Plan d’action) est publié plus tard que d’habitude cette année en raison des répercussions de la COVID-19. Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et leur Institut de la santé des Autochtones (ISA des IRSC) sont heureux de faire rapport des progrès réalisés au cours de la dernière année, tout en demeurant conscients du travail considérable qui reste à accomplir. Nous sommes aussi heureux d’annoncer qu’à la suite de la retraite de Michel Perron, la Dre Tammy Clifford, vice-présidente aux programmes de recherche des IRSC, a été nommée cochampionne du plan d’action avec la Dre Carrie Bourassa, directrice scientifique de l’ISA des IRSC.

Nous aimerions remercier les chercheurs, les communautés et les organisations autochtones à l’échelle du pays pour leur travail, leur leadership et leur collaboration avec les IRSC dans la foulée des mesures pancanadiennes prises contre la COVID-19. Si cette pandémie a mis au grand jour les iniquités en matière de santé, elle a aussi révélé la force et la résilience des membres des Premières Nations, des Inuits et des Métis, y compris des Autochtones en milieu urbain. Les IRSC sont d’autant résolus à poursuivre leurs efforts pour faire avancer la recherche en santé autochtone (RSA) et s’attaquer aux défis de santé posés par la COVID-19 dans les communautés autochtones. Les subventions de synthèse des connaissances et les subventions d’évaluation touchant les Autochtones dans le cadre de la possibilité de financement pour une intervention rapide contre la COVID-19 financeront des travaux de recherche axés sur les forces et les solutions, qui sont audacieux, innovateurs et dirigés par des communautés autochtones, qui abordent les conséquences de la COVID-19 ou qui guident l’état de préparation et les interventions futures. D'autres exemples de l'apport des IRSC se trouvent à la page La recherche en santé autochtone et la COVID-19.

Gouvernance et leadership stratégique

Au cours de la dernière année, nous avons progressé dans la mise en œuvre des stratégies définies dans le Plan stratégique 2019-2024 de l’ISA, lancé en juin 2019. Depuis le renforcement de la recherche communautaire par le versement direct des subventions aux organisations autochtones par voie de concours jusqu’au développement des capacités au moyen de subventions de réseau, nous travaillons à honorer la vision des aînés, des gardiens du savoir, des communautés et des organisations autochtones à l’échelle du pays ainsi qu’à promouvoir la santé, le bien‑être, la force et la résilience des Premières Nations, des Inuits et des Métis.

Au printemps 2019, un groupe de travail composé de représentants des IRSC, du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) et du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) s’est réuni pour faire avancer le projet du Groupe de référence sur les bonnes pratiques d’évaluation par les pairs pour la recherche autochtone. Le Groupe de référence a pour rôle de conseiller les organismes subventionnaires fédéraux sur l’évaluation culturellement adaptée de la recherche autochtone, ainsi que sur les approches et les pratiques de la recherche réalisée par et avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis, et sous leur direction. Une déclaration d’intérêt pour le Groupe de référence a été publiée au début de 2020.

Les IRSC sont résolus à entrer en contact avec les dirigeants de l’Assemblée des Premières Nations (APN), de l’Inuit Tapiriit Kanatami (ITK) et du Ralliement national des Métis (RNM) pour discuter des priorités de RSA. En octobre 2019, le Dr Michael J. Strong, président des IRSC, a rencontré les dirigeants du RNM pour se renseigner sur les priorités de recherche en santé propres aux Métis. En mars 2020, des représentants des deux organismes ont discuté de leur interaction continue et des possibilités dans le domaine de la santé pour consolider leurs liens. En outre, la directrice scientifique de l’ISA des IRSC a rencontré le responsable de la santé de l’APN en octobre 2019 pour discuter des priorités de recherche et de la relation entre les deux organismes. De plus, les IRSC et l’ITK ont continué de développer, dans le cadre de réunions régulières, la relation établie entre leurs présidents respectifs.

Une des mesures clés du plan d’action consiste à améliorer la capacité des IRSC d’interagir avec les communautés autochtones d’une manière significative et appropriée pour leur culture. Pour donner suite à un rapport d’étape antérieur, de nouvelles formations ont été offertes au personnel des IRSC pour contribuer au développement des capacités et à la sécurisation culturelle des Autochtones au sein de l’organisation. Étaient abordés dans ces formations des thèmes comme la réconciliation, les droits et l’histoire des peuples autochtones ainsi que l’importance de la sécurisation culturelle et des relations respectueuses. Il s’agit de mesures modestes, mais importantes pour promouvoir la compréhension et le respect des droits et contextes particuliers des Premières Nations, des Inuits et des Métis au sein des IRSC.

Recherche communautaire en santé

Les IRSC continuent de cerner des occasions permettant de s’assurer que leurs investissements dans la RSA totalisent au moins 4,6  % de leur budget annuel de subventions et bourses. Pour toute l’organisation et les 13 instituts, la mise en œuvre d’initiatives stratégiques porteuses conçues par et avec les communautés autochtones constitue une grande priorité. Au cours de l’année financière 2019‑2020, la valeur des investissements dans la RSA a augmenté à 4 %, ce qui représente, entre 2018‑2019 et 2019‑2020, un montant supplémentaire de 11 millions de dollars, portant ainsi le total à plus de 45 millions de dollars.   

Le programme Environnement réseau pour la recherche sur la santé des Autochtones (ERRSA), financé à hauteur de 100,8 millions de dollars sur 16 ans, constitue un exemple d’investissement effectué par les 13 instituts des IRSC, sous la direction scientifique de l’ISA et de l’Institut de la santé circulatoire et respiratoire (ISCR) des IRSC. En mars 2020, neuf (9) centres ERRSA au pays et le Centre de coordination ERRSA (CCE) ont reçu leur financement. Ce réseau national de centres s’emploie à combler les besoins en développement des capacités, en recherche et en application des connaissances axés sur les priorités et les valeurs des communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis. Ensemble, les centres ERRSA suivants et le CCE travailleront comme un consortium de centres de recherche pancanadien sous une direction autochtone : ERRSA – Colombie-Britannique, ERRSA – Alberta, ERRSA – Saskatchewan, ERRSA – Manitoba, ERRSA – Ontario, ERRSA – Québec, ERRSA – Atlantique, ERRSA – Yukon ou Territoires du Nord-Ouest, ERRSA – Nunavut et ERRSA – Subvention du consortium ERRSA.

Pour l’initiative Trajectoires de vie en santé – volet autochtone (TVS-A), conçue conjointement par l’ISA et l’Institut du développement et de la santé des enfants et des adolescents (IDSEA) des IRSC, trois (3) équipes ont obtenu du financement en décembre 2019. Il s’agit de subventions visant à développer, au sein des communautés autochtones, les capacités et l’infrastructure nécessaires à la réalisation d’études de cohorte interventionnelles. La recherche financée suivra une approche fondée sur les origines développementales de la santé et de la maladie (ODSM) et les trajectoires de vie, de la préconception à la petite enfance. Chaque équipe recevra un peu plus d’un million de dollars sur deux (2) ans. Conformément à l’engagement à accroître le financement aux organisations autochtones pris par l’ISA des IRSC dans son plan stratégique, les subventions ont été attribuées aux organisations autochtones suivantes :

La prochaine phase de l’initiative TVS-A permettra aux trois (3) équipes de collaborer à la mise sur pied d’un programme d’études de cohorte adapté aux populations autochtones du Canada conjointement avec un Centre de collaboration de TVS-A, afin de soutenir la gouvernance et la gestion de la cohorte.

Dans le cadre de l’Initiative sur le genre et le mieux-être des Autochtones, l’ISA, l’Institut de la santé des femmes et des hommes, l’Institut de la santé publique et des populations et l’Initiative de recherche sur le VIH/sida des IRSC ont lancé la possibilité de financement Subventions de développement : genre et mieux-être autochtones en juin 2019. Au total, trente-huit (38) subventions de développement ont été attribuées à des équipes pour les aider à continuer de faire connaître leurs idées, de tisser des liens et de planifier la prochaine phase de financement. Les subventions de développement étaient accessibles aux participants à la foire aux idées et au cercle d’apprentissage (en anglais seulement), qui ont aussi eu lieu en juin 2019.

En septembre 2019, la possibilité de financement Subvention de développement : réseau de recherche inuit a été lancée pour soutenir la phase de conception et de planification d’un réseau de recherche inuit cadrant avec les activités et priorités décrites dans la Stratégie nationale inuite sur la recherche [ PDF (1,25 Mo) - lien externe ].

En octobre 2019, les IRSC ont lancé la deuxième phase de financement (modulé selon les provinces et territoires) des unités de soutien de la SRAP. La possibilité de financement Unités de soutien de la SRAP – phase 2 exige davantage d’interaction avec les communautés autochtones dans toutes les composantes et reconnaît davantage les efforts en ce sens.

En tant que composante de l’Initiative de renforcement des capacités de la SRAP, la possibilité de financement Bourses de recherche axée sur le patient – Transition à un rôle de chef de file a permis, en mars 2020, de soutenir cinq stagiaires autochtones qui s’orientent vers des carrières indépendantes de recherche axée sur le patient. Une autre composante de cette initiative, l’Entité de formation nationale de la SRAP, comporte la participation significative des Autochtones à la formation et au développement des capacités en recherche axée sur le patient, et la pertinence pour eux.

En février 2020, l’ITK et les IRSC ont tenu ensemble une table ronde sur la recherche visant à éradiquer la tuberculose sur le territoire de l’Inuit Nunangat. Au total, 46 personnes y ont participé, notamment des membres du Groupe de travail sur la santé publique des Inuits, ainsi que des représentants de l’ITK, des IRSC (ISA, ISCR et IMII) et des deux autres organismes subventionnaires fédéraux, le CRSH et le CRSNG.

Participation des communautés et des partenaires

Dans l’élaboration de leur Plan stratégique 2021-2031, les IRSC ont mené de vastes consultations pour recueillir les opinions d’un large éventail de personnes et de groupes intéressés, notamment d’organisations et de membres des communautés autochtones. Les IRSC ont consulté les communautés autochtones par l’entremise de l’ISA, de séances supplémentaires en personne, des ateliers de concertation sur le plan stratégique des IRSC et du Sommet national sur la recherche en santé. Ce dialogue axé sur la collaboration a permis de s’enquérir des perspectives des Premières Nations, des Inuits et des Métis afin de définir les priorités et les recommandations pour le prochain plan stratégique des IRSC.

En septembre 2019, l’APN, l’ITK et le RNM ont participé à une rencontre organisée par l’Institut des neurosciences, de la santé mentale et des toxicomanies des IRSC afin de faire connaître leur point de vue quant à la création d’un programme de recherche commun visant à promouvoir l’optimisation des résultats de santé des personnes, des familles et des communautés touchées par le stress post-traumatique (SPT). L’atelier de concertation sur les lacunes dans les connaissances sur le SPT a ensuite eu lieu à Ottawa, en janvier 2020, et a réuni un groupe de participants diversifié ayant une expérience concrète en la matière. Les participants ont pu tirer profit des savoirs et des perspectives autochtones, y compris des systèmes de connaissances, des façons d’être et des méthodes de guérison pour guider les possibilités de recherche et d’application des connaissances sur le SPT aux IRSC.

Dans le cadre de l’entente tripartite signée en 2002, l’ISA des IRSC, le National Health and Medical Research Council de l’Australie et le Health Research Council de la Nouvelle‑Zélande ont collaboré à l’organisation d’un atelier international de développement des capacités, de renforcement et de mentorat pour la recherche en santé autochtone, à Auckland, en Nouvelle-Zélande, en décembre 2019. Cet atelier visait à promouvoir la collaboration et le développement des capacités axé sur le mentorat pour les stagiaires et les boursiers autochtones des trois (3) pays.

Par l’intermédiaire du Comité de coordination de la recherche au Canada, les IRSC, le CRSH et le CRSNG ont publié en janvier 2020 le plan stratégique 2019-2022 Établir de nouvelles orientations à l’appui de la recherche et de la formation en recherche autochtone au Canada [ PDF (17,7 Mo) - lien externe ]. Le plan désigne quatre (4) orientations stratégiques pour guider l’élaboration de nouveaux modèles de recherche autochtone à partir des idées et des expériences transmises par des organismes, des groupes et des communautés autochtones. Un des principaux mécanismes sous-jacents consiste à supprimer les obstacles et les difficultés auxquels se heurtent les organisations et les chercheurs autochtones pour accéder au financement des organismes. Cela a alimenté les discussions sur les possibilités d’élargir les critères d’admissibilité des établissements pour permettre aux organisations autochtones d’administrer des subventions, et les critères d’admissibilité des candidats pour appuyer la recherche dirigée par des Autochtones. En juin 2019, les IRSC ont mis à jour les conditions du programme des subventions pour les projets de recherche et le soutien du personnel afin d’autoriser les personnes affiliées à des organisations dirigées par des Autochtones à demander du financement si ce type d’organisation fait partie de la liste des organismes admissibles comme bénéficiaires, incluse dans les conditions.

Le renforcement de la recherche en santé autochtone passe par une étroite collaboration avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis, y compris les Autochtones en milieu urbain, à l’échelle nationale et internationale. À titre de cochampionnes du Plan d’action, nous réitérons notre engagement à continuer de collaborer à la promotion de la recherche en santé autochtone et à la poursuite de nos objectifs communs.

Miigwetch, maarsii, nakurmiik, thank you, merci,

Dre Carrie Bourassa
Directrice scientifique
Institut de la santé des Autochtones des IRSC

Dre Tammy Clifford
Vice-présidente aux programmes de recherche
Instituts de recherche en santé du Canada

Date de modification :